Un beau constat d'une militante d'ATTAC:

BILAN de la MARCHE DES INDIGNES A PARIS 

 

*Les Indignés à Paris : arrivée le 17 septembre

 

La marche des Indignés, partie d'Espagne et du Sud de la France, et qui doit se terminer à Bruxelles le 15 octobre, pour une manifestation internationale, a fait étape à Paris ce week-end.

 

Le comité local ATTAC Paris 14 avait décidé d'être présent à la cité Universitaire, lieu de leur regroupement avant leur marche dans Paris, vers la Bastille. Nous étions une demie douzaine.

 

Les indignés étaient une centaine, les parisiens peu nombreux : au total, peut-être 300 personnes.

 

Jeunes, ils manifestent une forte capacité d'auto-organisation : assemblée générale, division en sous-groupes actions, slogans, banderoles, parcours, sécurité...

 

Aucun sigle d'organisation toléré. La motivation principale apparaît être la lutte contre le système financier.

 

Lorsque le cortège s’est mis en branle, l’ambiance était très festive (chants, danses, invitation envers la population et aux policiers à venir les rejoindre…) et cela s’est confirmé sur le parcours dans la journée. Il y a avait des arrêts devant les guichets des banques pour placarder des slogans et les montrer du  doigt comme responsables de la crise quand cela était possible (à cause de la présence de CRS). Bref, il y avait une étonnantes énergie et inventivité des marcheur-se-s, et un vrai ancrage dans la tradition non-violente (maquillages, slogans, présence de clowns…)

 

La manifestation a rejoint châtelet puis s’est dirigé vers la Banque de France (à l’occasion de la journée du patrimoine) mais elle était entourée de CRS.

Les slogans se sont diversifiés sur le parcours englobant de façon plus large le système capitaliste, les gouvernements aux ordres de la finance, l’appel à la solidarité entre les peuples, contre la présence l’OTAN en Lybie à cause de pétrole etc.

 

Pas d’incidents à signaler sauf sur la fin à Bastille où les Indignés étaient censés camper selon la demande déposée à la préfecture. Mais ils ont été chassés sous la pluie battante et obligés de se replier en banlieue.

 

De nombreux médias ont relayé l’information mais en la banalisant ou en la rendant anecdotique contrairement aux échos des parisiens. (étonnement et questionnement, visibilité des guichets bancaires « détournés »…)

 

Dans les médias: quelques images glanées sur le net

 

- sur 2424actu qui regroupe aussi des papiers calqués sur la dépêche AFP,
- et
le sujet de TF1 dont vous apprécierez les premiers mots du lancement (sic) avant de retrouver, dans un plan très court, devinez-qui?
- sur
TV5 des photos du rassemblement à la Cité U et d'autres infos sur le mouvement
-
Rue89 traite plus de New York que de Paris!

- France info : http://www.france-info.com/france-societe-2011-09-17-les-indignes-espagnols-de-passage-a-paris-562702-9-12.html

En presse écrite, les sites de plusieurs news magazines (Express, Obs...) et la PQR reprennent le topo de l'AFP (Dernières nouvelles d'Alsace, Nouvelle République etc).

  

*Ci-dessous, vous trouverez des liens avec les actions qui ont suivi à Paris et notamment le récit de la répression policière à leur encontre :

 

-17 septembre, en soirée :

 

Alors qu'il pleuvait des cordes à l'arrivée de la manifestation à bastille, après avoir traîné des marcheurs par terre dans l'eau pour les pousser sur le trottoir (alors qu'on avait déclaré toute la chaussée pour la soirée), après nous avoir expulsé illégalement de la place de la Bastille (déclarée jusqu'à lundi midi : le commissaire de police a reconnu devant vidéo l'abus de pouvoir!), la police est allée jusqu'à suivre les marcheurs jusqu'à CHAMPIGNY en banlieue pour les empêcher, à 2H du matin, d'accéder au seul gymnase qu'on avait pu obtenir (récit ci-dessous), puisque la ville de paris avait interdit à toutes les municipalités d'arrondissement intramuros de nous filer un gymnase

on peut être fiers de l'accueil qu'aura réservé l'UMPS aux marches européennes pour la démocratie !!

Ce qui est certain, c’est que ça n’avait rien d’un banal  contrôle de routine : une bonne vingtaine de policiers en tenue et de membres des B.A.C. , en civil, tenue sportive, mais agressifs : sortant ostensiblement leurs matraques et un flashball, se moquant tout haut des marcheurs, prenant des attitudes provocantes, montant leur capuche pour cacher leur visage, parlant de « charger », etc., alors, bien sûr, de notre côté, il n’y avait aucune agressivité (les plus jeunes cherchaient à tuer le temps et résister au froid en faisant des jeux et des rondes…). Mais, à la fin, certains commençaient à s’énerver : tout le monde était mouillé, glacé et crevé.

Le capitaine de police (je crois) m’a dit qu’il ne nous conseillait pas d’avancer, car il y avait 200 BAC tout autour, et a dit à la fin à Evelyne Perrin (dont seule l’intervention entant qu’élue a permis de débloquer les choses) qu’il avait des ordres « d’en haut ».

 

-19 septembre :
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_z3pasFcbA0

-place de la bourse 22 septembre :

http://www.dailymotion.com/video/xl888a_les-indignes-evacues-manu-militari-de-la-place-de-la-bourse_news

 

-23 septembre :
http://www.politis.fr/La-marche-des-indignes-dans-le,15340.html

-Vous avez donc un lien pour une pétition de protestation envers ces violences policières :

http://actuable.es/peticiones/rechazo-al-abuso-policial-contra-personas-paris

 

*Du coup : Assemblée populaire

 

La marche internationale des Indignés fait étape à St Denis.

R
encontre Populaire des Quartiers

Samedi 23 septembre 2011, à 15h

6 B, 6bis quai de la Seine Saint Denis, à 5 min derrière la gare, suivez votre indignation


Depuis ces dernières années, nous assistons aux soulèvements de nombreuses populations : Monde Arabe, Grèce, Espagne, Quartiers populaires à Londres en 2011 et en France en 2005 et en 2007. Pourquoi ces soulèvements ?

Suite aux violentes répressions policières subies la semaine dernière par la Marche Populaire des Indignés vers Bruxelles, ayant entraînées plus de 150 interpellations, la négation de la liberté de circulation et d'expression dans les rues de Paris, et l'empêchement par la force de réaliser toute rencontre avec la population, les indignés organisent une grande assemblée populaire.

Le harcèlement violent et systématique par les autorités et pouvoir politique s'est soldé en définitive par des expulsions illégales de Paris à l'encontre des marcheurs.

En concertation avec les mouvements sociaux et culturels de Saint Denis, nous invitons les populations de Saint Denis et de la région Parisienne à participer à la Rencontre Populaire des Quartiers.

- Nous approfondirons la réalité des quartiers populaires dans le monde
- Nous débattrons de la question des moyens d'expression, violents et non violents
- Nous trouverons des objectifs communs, et établirons des réseaux qui nous permettront de lutter ensemble


Ainsi il existe une multitude de causes et d'objectifs de luttes, toutes reposant sur une base d'injustice, nous allons rechercher les nouvelles bases du monde que nous voulons construire.

A diffuser largement merci !

 

Et comparution de 11 Indignés le 31 octobre 2011 à 9h au Tribunal correctionnel de Paris :
venez nombreux les soutenir !

 

Conclusion : http://www.youtube.com/watch?v=g4GxcmFt188&feature=player_embedded

  

 

Prochain rendez-vous : http://www.youtube.com/watch?v=4y3X2VFruLM&feature=share

 

24 sept: Les médias se réveillent... un peu

"Clic" = la liste de Google des artiles et vidéos...

 

 

22 sept.: ARRESTATIONS

Les arrestations d'indignés sont intervenues hier sous divers motifs selon les divers services (DCRI, police, Ministère) des "forces de l'ordre" : cela allait de "trouble à l'ordre public", passait par "menace pour la sécurité intérieure" jusqu'à "port du voile" et même "prière dans la rue".

Suite à cela 11 indignés (dont 1 vénézuélien et 1 espagnol) seraient encore gardés à vue au commissariat du 18ème (Goutte d'Or). Les motifs invoqués sont la "dégradation de bien public" (une vitre de fourgon à priori) + "outrage" et "rébellion" classiquement utilisés. On s'attend à apprendre que leur GAV est prolongée de 24 heures. On ignore s'ils passeront en comparution immédiate étant donné que ni nous ni aucun de nos avocats n'a pour l'heure été contacté par eux...

21 sept.: AGRESSION POLICIERRE

 

Une vidéo explicative...

19 Sept.: texte officiel

Nous vous remercions d’avoir répondu présent à notre invitation à la rencontre avec des indigné-e-s des marches internationales et des indigné-e-s de la Bastille (mouvement Démocratie Réelle, Maintenant !).  

Il nous a semblé utile de partager avec vous cette journée sous la forme d’un communiqué de presse.

 

Deux cents marcheurs espagnols sont arrivés à la Porte de Gentilly pour rejoindre les autres Indigné-e-s à la Cité Universitaire où un pique-nique convivial s’est déroulé dans la joie. Par la suite, un cortège d’environ 600 personnes s'est mis en marche vers la Bastille. Entre les personnes qui n’ont pas fait toute la marche, les passants qui sont venus nous rejoindre, et celles qui nous attendaient au pied de l'Opéra, nous estimons que 1000 personnes se sont mobilisées pour prendre part à cet événement.

 

Au cours de nos 5 heures de marche nous avons exprimé notre joie d'être avec des Indigné-e-s de plusieurs pays et d''être soutenus par de nombreux citoyens croisés dans la rue avec qui nous sommes en train de construire une véritable démocratie. D'autres indigné-e-s nous attendaient activement et nous ont accueilli chaleureusement à Bastille. Par contre, nous avons dû faire face à l'"accueil" sur-dimensionné des forces de l'ordre qui, depuis mai, sont en nombre considérable et de manière répétitive, utilisent des méthodes de pression et d'intimidation. Alors que nos mouvements et nos marches sont non-violents, que nous respectons la loi et nos engagements, nous nous retrouvons régulièrement encerclés, encagés, isolés, repoussés et malmenés par les forces de l'ordre (police et gendarmerie). Tous ces actes de répression et d’autoritarisme causent des blessures physique, émotionnelle et psychologique aux Indigné-e-s. Cependant malgré la pression policière permanente, quatre mois de lutte, des milliers de kilomètres parcourus et l'approbation du peuple ont renforcé nos motivations et notre détermination.

Des actes d’abus de pouvoir récurrents visent à discréditer et isoler notre révolte et nous souhaitons les dénoncer publiquement, notamment par le biais des médias.

 

Ce week-end, nous avons été confrontés à des arrestations abusives, violences sur manifestants dont au moins deux blessés légers, des attitudes agressives et provocatrices de la part de policiers, en tenue et en civil, et à l'obligation ou à l'interdiction de circuler.

Comme sur la plupart de nos actions nous nous heurtons à des injonctions contradictoires et des manipulations qui n'ont d'autre but que de semer la confusion et de provoquer la violence.

 

Quel accueil de la part des pouvoirs publics pour des marcheurs parcourant une grande partie de l'Europe pour faire vivre la démocratie ! 

Mais nous avons résisté et nous résisterons avec la force de la non-violence. 

18 sept. une belle journée:

Très long partages devant l'opéra Bastille cette après-midi sous un ciel changeant, quelques petites pluis et de belles visites du soleil.

 

Bon moment encadrer au début par une force de l'ordre bien visible qui c'est atténué au fil des heures pendant que nous écoutions les nonbreuses interventions au micro.

 

Belle visite de "HK & les Saltimbanks" qui à transformé le parvi de l'opéra en festivité dansante, puis le groupe les Humbles tartines à pris le relais quand je suis parti à 21H...

"On lache rien"! MANIFESTOYONS.

L. S.

17 sept.:

Quelques photos de la "marche" de l'après-midi...

Samedi 20h10:

J'ai attendu l'arrivé des marcheurs à la Bastille avec environ 250 personnes puis plus que 80 quand la forte pluie est venue... Il y avait 4 compagnies de gendarmes et CRS et plus à l'arrivée des marcheurs... Ce fut avec une grande émotion et trempé que les deux groupes ce sont fusionnés encadrés par une « armada de scarabés » qui on encerclés notre groupe et fermer l'accès de l'esplanade de l'opéra... Ils ont agressé un groupe qui c'est assit sur la chaussée... et montrer avec force effet qu'il ne tenait pas compte des autorisations... discutions... Et moi de devoir partir... 21h30 j'ai laissé sur la place des marcheurs fatigués, trempés mais déterminés!

Autres témoignages reçus ce matin:

« Ce qui est certain, c’est que ça n’avait rien d’un banal  contrôle de routine : une bonne vingtaine de policiers en tenue et de membres des B.A.C. , en civil, tenue sportive, mais agressifs : sortant ostensiblement leurs matraques et un flashball, se moquant tout haut des marcheurs, prenant des attitudes provocantes, montant leur capuche pour cacher leur visage, parlant de « charger », etc., alors, bien sûr, de notre côté, il n’y avait aucune agressivité (les plus jeunes cherchaient à tuer le temps et résister au froid en faisant des jeux et des rondes…). Mais, à la fin, certains commençaient à s’énerver : tout le monde était mouillé, glacé et crevé.

Le capitaine de police (je crois) m’a dit qu’il ne nous conseillait pas d’avancer, car il y avait 200 BAC tout autour, et a dit à la fin à Evelyne Perrin (dont seule l’intervention en tant qu’élue a permis de débloquer les choses) qu’il avait des ordres « d’en haut ».

Entre cette soirée et ce début de nuit, s’il y avait besoin de motivation pour vouloir changer cette France pourrie, on n’en manquerait pas »

« Dimanche matin (1h30).
Les marcheurs..., qui sont en route pour dormir au gymnase de Chanpigny, se sont fait stoppé par la police. Pour l'instant, les forces de l'ordre leur refusent l'accès au gymnase, et leur refusent d'ailleur tout déplacement.
Il faut prévenir les média, mais je suis absolument incompétant dans ce domaine.
Après l'abus de pouvoir à Bastille, cette goutte d'eau de la par de la police est impardonnable !
Faite toutner l'info,»